Ellemelle, l'église : Différence entre versions

De Wikihuy
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 18 : Ligne 18 :
  
  
===Un peu d'histoire===
+
===Découverte-Un peu d'histoire===
  
Il s’avère impossible aujourd’hui de déterminer la date exacte de sa fondation. Son ancienneté ne fait aucun doute. Il suffit pour s’en convaincre d’examiner la partie inférieure des murs. Ceux – ci, en moellons du pays, ont été construits selon les techniques employées dans le style roman des XIIe et XIIIe siècles.
+
Située au centre du bourg, l'église dédicacée à Sainte-Anne est édifiée sur une butte et est entourée d'un cimetière encore en activité aujourd'ui (2020), quelques croix de fonte restaurées y ont été mises en valeur. Citée dès 1005, la paroisse dépendait de l'église Sainte-Croix de Liège.
 +
 
 +
Le sanctuaire, reconstruit une première fois, fut consacré en 1782 et la tour restaurée en 1860. Adossée au mur, à droite de la porte d'entrée, une plaque taillée en bas-relief rappelle le souvenir d’Henri del Melle, décédé en 1613, et de son épouse Jehenne Donis. Quelques belles dalles funéraires ont été préservées dans le pavement de la nef et du chœur. L'une d'entre elles évoque le souvenir du curé Tamineau (voir plus bas) qui créa une fondation pour l'instruction des enfants pauvres. C'est ainsi que naquit la 1ère école à Ellemelle
 +
 
 +
Il s’avère impossible encore aujourd’hui de déterminer la date exacte de sa fondation. Son ancienneté ne fait aucun doute. Il suffit pour s’en convaincre d’examiner la partie inférieure des murs. Ceux – ci, en moellons du pays, ont été construits selon les techniques employées dans le style roman des XIIe et XIIIe siècles.
  
 
L’église fut également une petite collégiale abritant un prévôt et quelques chanoines, mais le chapitre a probablement disparu dès le XIIe siècle (Notes de l’évêché de Liège).  
 
L’église fut également une petite collégiale abritant un prévôt et quelques chanoines, mais le chapitre a probablement disparu dès le XIIe siècle (Notes de l’évêché de Liège).  
  
 
Au coeur de l'imposant diocèse de Liège, Ellemelle comme soixante six églises et cinq autres chapellenies appartenaient au concile d’Ouffet dans l’[https://fr.wikipedia.org/wiki/Archidiaconé '''archidiaconé'''] du Condroz. Un évêque était à la tête de chaque diocèse.
 
Au coeur de l'imposant diocèse de Liège, Ellemelle comme soixante six églises et cinq autres chapellenies appartenaient au concile d’Ouffet dans l’[https://fr.wikipedia.org/wiki/Archidiaconé '''archidiaconé'''] du Condroz. Un évêque était à la tête de chaque diocèse.
 
 
 
 
 
 
 
 
  
  

Version du 15 février 2020 à 11:55

Retour au _____ Village d'Ellemelle_____ ou à ____ L'école catholique d'Ellemelle _____ ou aux _____ Passeurs de Mémoire



L'église d'Ellemelle

Eglise Sainte-Anne Ellemelle vers 1960
L'église et, dans le fond, le presbytère





Découverte-Un peu d'histoire

Située au centre du bourg, l'église dédicacée à Sainte-Anne est édifiée sur une butte et est entourée d'un cimetière encore en activité aujourd'ui (2020), quelques croix de fonte restaurées y ont été mises en valeur. Citée dès 1005, la paroisse dépendait de l'église Sainte-Croix de Liège.

Le sanctuaire, reconstruit une première fois, fut consacré en 1782 et la tour restaurée en 1860. Adossée au mur, à droite de la porte d'entrée, une plaque taillée en bas-relief rappelle le souvenir d’Henri del Melle, décédé en 1613, et de son épouse Jehenne Donis. Quelques belles dalles funéraires ont été préservées dans le pavement de la nef et du chœur. L'une d'entre elles évoque le souvenir du curé Tamineau (voir plus bas) qui créa une fondation pour l'instruction des enfants pauvres. C'est ainsi que naquit la 1ère école à Ellemelle

Il s’avère impossible encore aujourd’hui de déterminer la date exacte de sa fondation. Son ancienneté ne fait aucun doute. Il suffit pour s’en convaincre d’examiner la partie inférieure des murs. Ceux – ci, en moellons du pays, ont été construits selon les techniques employées dans le style roman des XIIe et XIIIe siècles.

L’église fut également une petite collégiale abritant un prévôt et quelques chanoines, mais le chapitre a probablement disparu dès le XIIe siècle (Notes de l’évêché de Liège).

Au coeur de l'imposant diocèse de Liège, Ellemelle comme soixante six églises et cinq autres chapellenies appartenaient au concile d’Ouffet dans l’archidiaconé du Condroz. Un évêque était à la tête de chaque diocèse.


  • Extraits de l'ouvrage "Notices historiques sur le Condroz Histoire Populaire" par l’Abbé. G. BONIVER né à Theux et curé à Warzée (publié en 1926).


Vers l’an 335, le Condroz faisait partie de l’évêché de Tongres implanté plus tard à Maastricht puis à Liège.

Dans les premiers siècles, il n’y avait pas de paroisse, c’est-à-dire une portion de territoire délimitée dont les habitants sont soumis à la juridiction d’un curé. Il n’y avait alors que l’évêque et des prêtres missionnaires se rendant çà et là selon les besoins de l’apostolat et du ministère dans toutes les régions du vaste diocèse Tongrois.

C’est ainsi que Saint-Domitien évangélisa le pays de Huy dans la seconde moitié du VIe siècle. Quand un prêcheur arrivait dans la communauté, les fidèles des alentours étaient avertis et ils venaient parfois de loin pour entendre la parole de Dieu, assister au saint sacrifice de la messe et recevoir les sacrements. A la fin du VIIIe siècle, il n’y avait plus de païens. Au VIIe et VIIIe siècle, grâce aux monastères, l’agriculture se développa, il se forma des hameaux, des villages, des villes autour des abbayes. Ces villes ne servirent pas seulement d’asiles mais de laboratoires pour l'organisation de celles-ci.

Les chapitres des collégiales possédaient également des droits et percevaient diverses rentes dans certaines localités, paroisses ou chapellenies du Condroz. C’est ainsi que l’église d’Ellemelle, avec ses quatre chapelles dépendantes, à savoir ; Tavier, Warzée, Lizin et Xhos, dépendaient des chanoines de la Collégiale Sainte-Croix à Liège, depuis l’an 1005.


  • Selon l’abbé REGINSTER et les nombreuses recherches dans les archives.


Le Prince évêque NOTGER de la principauté de Liège fonda la Collégiale Sainte–Croix en 986, différents revenus lui furent attribués dont ceux en provenance de l’église d’Ellemelle (Mella à cette époque) et de quatre chapelles filiales qui en dépendaient ; la chapelle de Tavier(Taverna =Taverne ou Tabernu= ancien relais), Xhos, Lizin, Warzée. Toutes quatre ont payé la dîme (contribution d'un dixième des revenus)à Sainte-Croix jusqu'au début du XIVe siècle. Notons qu'(H)Ouchenée faisait partie de la paroisse d'Ellemelle et c'est Mgr Van Bommel, évêque de Liège, qui la rattacha à Tavier le 23/9/1850. Tavier sera élevé au rang de paroisse et Xhos en dépendra désormais.

Ravagée par un incendie vers 1775, l'église fut entièrement reconstruite pour être consacrée en 1782. En 1860, la tour de 20 m sera quant à elle restaurée sur les fondations de l’ancien édifice.


Plus récemment

En 1967 la réfection de sa toiture s’avéra indispensable.

En 1971 le bourgmestre Joseph Collignon accompagné du conseil de la fabrique d’église présidé par Léon Coulée se rendirent à l’évêché afin d’obtenir l’autorisation d’entreprendre les travaux. Mgr MALMENDIER, vicaire général du diocèse de Liège, autorisa le conseil de fabrique à vendre 1 ha. 31 afin de permettre la réalisation de travaux extérieurs et intérieurs. En 1962, la vente du presbytère occupé par l’abbé Spitz contribuera également aux règlements des travaux adjugés pour la somme de 648.603 fr.

En 1943, les allemands s'étaient appropriés l'une des deux cloches. Un ancien habitant d'Ellemelle, Daniel BERTAUX, fils de René Philippe BERTAUX né le 6 novembre 1916 à Sckaerbeek et époux de Nelly Jeanne BREES née le 14 septembre 1918 à Liège nous informe que la nouvelle cloche d'Ellemelle fut baptisée Nelly, prénom de sa maman, en remerciement des démarches faites par son mari, René Philippe BERTAUX, pour obtenir les dédommagements de guerre. Il pense se souvenir que cette nouvelle cloche proviendrait d'une fonderie de Malines, ce qui est très possible au vu de ce lien.

En juillet 1977, les habitants d'Ellemelle réunis sur le parvis au pied de la tour assistèrent à l'installation de leur nouvelle cloche.


Trésors et curiosités

Le porche de l'église à peine franchi, on ne peut être qu'en admiration devant le grand autel en bois du XVIIIe flanqué de quatre colonnes et rehaussé d’une toile évoquant le martyr de Saint Paul. L’autel de droite posé sur une dalle de marbre rouge est dédié à Sainte-Anne, celui de gauche à la Vierge à l’Enfant.

Quelques belles dalles funéraires ont été préservées au sein du pavement de la nef et du cœur de l’église. L’une d’elles évoque le souvenir du curé Jean André TAMINEAU (pastorméritus in Mella) qui créa une fondation pour l’instruction des enfants pauvres.

Jean André TAMINEAU est considéré comme fondateur de l'école catholique d'Ellemelle, ( pastor méritus in Mella 1729 à 1770 baptisé à notre Dame - aux - Fonts à Liège le 19 juillet 1705, décédé à Ellemelle le 30 juillet 1770. Il est le fils de Jean TAMINEAU épouse d'Anne Catherine JONLET. Ordres mineurs reçus le 23 septembre 1729. Institué pour la cure d’Ellemelle le 9 août 1729.

Curé de la paroisse de 1729 à 1770, il y décédera le le 30/6/1770 et c’est ainsi que naquit la première école d’Ellemelle. Une autre pierre évoque également un souvenir, celui de Catharine Marcel décédée au château d’(H)Ouchenée le 19/12/ 1763 à 78 ans, elle fit carreler l'église à ses frais.


(S.T.L.) = Licencié en sainte théologie, a régi cette église comme curé fidèle et infatigable pendant 41 ans. Décédé le 30 juillet 1770 à l'âge de 65 ans et pourvu des sacrements .


Une pierre tombale de la fin du XVIe siècle est insérée dans un mur de l’église. Elle représente Simon fils d’Antoine de Molin et damoiselle Jehenne fille du noble Guilleaume de Sar.

Un ostensoir a été offert par Pierre Lambinon, curé d'Ellemelle d'avant 1679 jusqu'au 17 octobre 1723, n'étant plus utilisé de nos jours, il a été mis en lieu sûr.

Une autre pierre tombale disposée au sol contre le mur du bas-côté latéral gauche, il s'agit du dernier seigneur Jacques Joseph de Baré d'Houchenée et de sa sœur Hélène Joseph de Baré (Pour plus de détails, voir Ellemelle, lieu-dit Houchenée).

Un record: Fernand Delhongne sera chantre, organiste pendant 53 ans de 1919 à 1972 avec un dévouement inlassable, animant toutes les célébrations liturgiques. Il participera de ce fait aux peines et aux joies de tous les paroissiens en célébrant chaque évènement. Il s’est vu décerné le diplôme et la médaille d’or de St. Lambert pour avoir tenu les orgues à Ellemelle de 1919 à 1972 dates à laquelle il partit habité chez sa fille à Tavier.

Tout Ellemelle à voulu lui témoigner sa gratitude aussi l’église était-elle trop petite.

Le diacre Vanstraelen, le doyen Straetmans, les abbés Brockart, Mattart, Spitz, ont célébrés l’office et Fernand s’est vu décerné le diplôme et la médaille d’or de St. Lambert pour les innombrables services rendus.

Un autre habitant d'Ellemelle, monsieur Abel Garroy, sera également décoré de la médaille d'argent de Saint Lambert en décembre 1976, voir les photos dans "En savoir plus" ci-dessous.

En savoir plus


Le cimetière d'Ellemelle.

Pierre tombale DELAMELLE - BAVGNEE

Une très belle pierre tombale scellée à l'extérieur dans le mur droit de la tour.

Sur le coin gauche au-dessus, le blason DELAMELLE, en face à droite, le blason BAVGNEE.

En bas dans le coin gauche: BPIPI10

En dessous de la pierre tombale, l'inscription :

CI PARDEVANT GIST HONNORE ET VAILLANT HENRI DEL MELLE EN SON VIVANT CAPITAINE ET DEPUIS LIEUTENANT BAILHI AV CARTIER DE CONDRO QUI TREPASSA LAN 1613 LE 9 DAVRIL ET DAMOISELLE JEHENNE DONIS SON ESPEUSE QUI TREPASSA LAN PPIE V

Quatre anciennes croix en fonte ont été restaurées à l'instigation de madame Renée LARDOT 1ere échevine de la commune d’Ouffet.

Plusieurs belles tombes, entre autres;DEGLIN - GASPARD, DEVILLERS - GILLET, DEVEUX en première noces - DUBOIS, en seconde noces - CONRAD...

Retour au _____ Village d'Ellemelle_____ ou à ____ L'école catholique d'Ellemelle _____ ou aux _____ Passeurs de Mémoire