Châsse de N.D. à Huy

De Wikihuy
Aller à : navigation, rechercher
Affiche dans la crypte de la collégiale de Huy


Situation

Elle se trouve dans la crypte romane du XIe siècle de la collégiale de Notre-Dame et Saint-Domitien à Huy. Elle fait partie, avec les châsses de saint Domitien saint Mengold et saint Marc, de son fabuleux trésor.

Histoire

Elle date des années 1260-1270, sa première mention figurant dans un inventaire en 1274. Son orfèvre est inconnu, de même que son donateur. Mais elle est attribuée à l'atelier de la châsse de Stavelot vers 1265. Comme elle n'est pas liée , comme les châsses de saint Domitien et saint Mengold, au grand orfèvre mosan Godefroid de Huy et étant donné que son décor est simple et qu'elle ne paraît être qu'une modeste copie de la châsse contemporaine mais plus rutilante et mieux chargée de saint Remacle à Stavelot, elle ne commença à attirer l'attention que dans la seconde moitié du...XIXe siècle ! Mais il s'agit tout de même d'une oeuvre de qualité, indépendante de la tradition rhéno-mosane des années 1200. Un de ses intérêts majeurs qu'elle révèle une intéressante technique pseudo-nielle. Le glacis nielle donne un aspect quasi émaillé par le polissage excessif des ors, ajouté à l'usure et à la patine. Le procédé pseudo-nielle consiste, lui, à appliquer un glacis alchimique d'aspect émaillé. Depuis 1676, elle participe aux grandes processions septennales à Huy et est parfois prêtée à la ville de Liège pour d'autres processions religieuses au XIXe siècle. En 1794, à la révolution française, elle fut emportée avec les 3 autres à Altona sur l'Elbe (propriété de la monarchie danoise de 1640 à 1864, mais actuellement ville allemande. Elle revint à Huy en 1813, mais fortement abimée pendant ses transports en bateau.

Un rafistolage de certaines statuettes eut lieu en 1763 suite à des actes de vandalisme. On remplaça les têtes de saint Barthélemy et de saint Paul.

En 1862, Vierset-Godin constate que les 4 châsses sont en état de délabrement extrême et qu'une restauration immédiate est nécessaire pour en assurer la conservation. Malheureusement, aucune intervention n'aura lieu avant...1965!

Description

En forme de sarcophage avec toit à deux versants, longueur 121 cm, largeur 60,5 cm et hauteur 36 cm. Le socle est muni de 4 anneaux pour son portage en procession. Le toit est garni de 5 pommeaux en cuivre ciselé et doré, dont 4 sont les originaux, décorés de nielle. Sur ses versants, 9 bas-reliefs en argent sur les 12 prévus à l'origine. En pignons, une première niche présente Notre Dame, en argent fortement allié et doré, assise sur trône avec l'enfant Jésus et une seconde avec le Christ en majesté, également sur trône. Sur les côtés, 2 X 6 niches avec les 12 apôtres qui , comme le Christ, sont en argent très fin et doré. Au socle, un coffre en chêne sert de logement à la cassette à reliques ( un cheveu de Notre Dame et 30 autres reliques du Christ, d'apôtres, de martyrs et de saints). L'ensemble est garni de nombreuses pierreries , cabochons d'améthyste et de verre peint.

Pignon avant de la châsse N.D. de Huy
Pignon arrière de la châsse N.D. de Huy

Restauration

La principale eut lieu d'août 1967 à août 1970 par l'IRPA. Elle nécessita un démontage complet des éléments d'orfèvrerie, 760 pièces métalliques et 3000 clous en cuivre, laiton et fer. Nettoyage, ultra-sons avec une solution d'eau à 5% de détergent + 3 à 5 % d'ammoniaque, des dépôts de poussière grasse, des salissures de toutes sortes, de quelques sels sulfatés de cuivre et de moisissures sous le socle. Réparations de dégâts importants aux statuettes mutilées et défoncées. Une autre campagne de restauration fut nécessaire de 2005 à 2012, toujours par l'IRPA.

Bibliographie

  • La châsse N.D. à Huy et sa restauration in Bulletin de l'Institut Royal du Patrimoine Artistique tome XII/1970 (IRPA), auteurs divers.
  • Trésor de la Collégiale de Huy par Albert Lemeunier/ imprimerie Pierre Malherbe/2012

Categories