A HUY EN 1830

De Wikihuy
Révision de 10 juin 2023 à 20:15 par Freddy de Hosdent (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Photo du Hutois Joseph Lebeau (Huy, 3 janvier 1794-19 mars 1865, Huy) est un homme politique belge, de tendance libérale, qui fut de facto le chef de l'exécutif du royaume de Belgique du 28 mars 1831 au 24 juillet 1831

LE DECLENCHEMENT

Le 26 août 1830, les Hutois apprenaient avec stupeur qu'à Bruxelles, à l'issue de la représentation du 25 août de la Muette de Portici, une violente émeute avait éclaté contre le Gouvernement hollandais. Ce spectacle avait été donné en l'honneur de l'anniversaire de Guillaume Ier des Pays-Bas, et son air le plus connu apprécié du public était "L'amour sacré de la patrie".

Mais qui diable était donc cette «Muette de Portici»? Elle s’appelait Fenella, une pauvre muette, fille d’un pêcheur du petit village de Portici, près de Naples. Elle s’était fait larguer par son amant fortuné, qui convola avec une riche princesse espagnole. Son frère, également pêcheur, menait la révolte contre l’emprise de Madrid, en 1647. L’opéra avait été composé par un Français, entre-temps tombé dans l’oubli, Daniel François Esprit Auber (1782-1871).

Comme une grande majorité des Wallons, les Hutois avaient en grippe ce Gouvernement hollandais qui avait d'abord, question de se rendre sympathique, pris des mesures populaires en faveur de l'instruction et de l'industrie, pour ensuite se mettre très vite à dos cette population en l'obligeant à se servir de la langue hollandaise, en votant une loi électorale qui assurait la prépondérance aux provinces du nord, en accordant la préférence aux Hollandais dans la collation des emplois, etc, etc...Et ce n'était pas tout: il y avait aussi l'accumulation des impôts, les taxes sur la mouture et l'abattage , le mauvais état du commerce et de l'industrie. Huy comptait à l'époque 6600 habitants, dont 2500 indigents!

                                 C'est pourquoi TOUS les Hutois-ou presque tous- sautèrent sur l'occasion de se rallier à la REVOLUTION en réclamant la SEPARATION d'avec la Hollande.

LA REVOLUTION

-PREMIERES DECISIONS

En ce mois d'août 1830, le bourgmestre du Conseil de Régence de Huy, DELCHAMBRE, était malade depuis 3 mois et ce fut son premier Echevin, LHONEUX-DETRU qui dut prendre les premières décisions sitôt les événements de Bruxelles connus. Craignant un mouvement de la populace aigrie et agacée par la misère et les privations, il organisa des patrouilles et désigna 150 bourgeois qui devaient, au premier signal du tocsin et du tambour, de rendre à l'Hôtel de Ville. Comme les notables et les conseillers trouvaient cette mesure très insuffisante, ils convoquèrent une réunion du Conseil, qui décida la nomination d'une commission de sûreté publique, qui fut nommée le 30 août à minuit. Elle avait comme président le lieutenant-colonel de FIQUELMONT et comme membres 13 personnes, dont des magistrats, des avocats,... L'échevin LHONNEUX, vexé de la décision de réunir un Conseil, prise derrière son dos, n'assista pas aux séances.

La même nuit, soit le 31 août à 2 heures du matin, la commission arrêta son règlement:

1.Création d'une garde urbaine chargée d'assurer la tranquillité publique (car on ne pouvait pas trop compter sur les effectifs de la police communale). Le Commandant en chef fut l'ancien major le Comte de LOOZ avec, sous ses ordres 4 chefs de section (Sart, Hoyoux, Outre-Meuse et Statte) et des chefs de peloton (2 à 5 suivant la section).

2.Chaque nuit, une députation de 2 membres de la Commission et d'un membre de la Régence devait siéger en permanence à l'Hôtel de Ville.

          On se rendit vite compte que la population n'avait aucune confiance dans la Municipalité et prenait pour de l'hostilité les mesures qui devaient soi-disant
                                         assurer l'ordre public, mais prises par des notables dont une grande partie était orangiste! 

-PREMIERES REACTIONS

Le 6 septembre, un batelier nommé GOBIN, connu sous le sobriquet Mamé, qui, grâce à sa force herculéenne, exerçait un grand ascendant sur la populace, se rendit à la Grand'place avec une troupe de gens du peuple qu'il conduisait en brandissant un grand sabre, avec l'intention de s'emparer de l'Hôtel de Ville. Quelques bourgeois présents essayèrent de s'opposer à eux, mais en vain. Même le factionnaire de la garde s'enfuit en abandonnant son fusil. La foule se précipita à l'intérieur du bâtiment, se calma puis... se retira.

Quelques autres petits conflits éclatèrent encore les deux jours suivants, mais les gardes communale et urbaine se ressaisirent, on menaça d'ouvrir le feu sur tout attroupement.

-PRISE DU FORT

Nous allons voir que ce fut une prise de fort assez pacifique:

Un roulier ayant annoncé que des Hollandais étaient en route pour venir renforcer la garnison de Huy, on résolut de les devancer. D'abord, messieurs de BARE et DAUTREBANDE se rendirent à Namur pour essayer de s'opposer à la prétendue arrivée de troupes. D'autre part, les Hutois (sans M.de Lhoneux, orangiste et sans une partie de la Municipalité), résolurent de prendre possession de la citadelle, qui n'avait pour toute garnison qu'une vingtaine de canonniers invalides. On alla quérir les clefs chez le capitaine BANNEUX, Grand'Place et des bourgeois armés, accompagnés de la garde bourgeoise, entrèrent alors dans le fort sans difficulté et sans résistance de la part des vénérables grognards. Le marchand de drap J.J.DUBOIS y arbora au sommet un drapeau portant ces mots: "Liberté, sécurité", qui serait, d'après René DUBOIS, le drapeau national liégeois. Les Hutois occupèrent les postes militaires pendant toute la nuit. Les canonniers hollandais, en très mauvais état de santé, furent conduits, prisonniers, à la caserne d'Alne (Aulne?), puis, par bateau, à Liège. Monsieur Isidore DONCKIER fut nommé commandant du fort et lorsqu'il entra dans l'armée des patriotes belges, son frère Charles lui succéda. On ne vit jamais venir de renfort de la part des Hollandais.

                             Le 25 octobre 1830, une nouvelle Municipalité fut élue qui, 4 jours plus tard, déclara donner son adhésion au gouvernement provisoire.

Un des 100 drapeaux d'honneur décernés par la commission des récompenses nationales repose à l'Hôtel de Ville, est en soie, tricolore, et porte l'inscription: A LA COMMUNE DE HUY 1830 LA PATRIE RECONNAISSANTE. Sa hampe est surmontée d'un lion appuyé sur une lance à l'extrémité de laquelle se trouve un bonnet phrygien; au-dessous, le mot "LIBERTE, et de l'autre côté: "MDCCCXXX".

René DUBOIS ajoute à son article une pétition du 27 janvier 1831 adressée au CONGRES NATIONAL par 33 notables de HUY, tendant à la réunion de la Belqique à la France, amie et alliée naturelle de la Belgique, la force, le repos et le bonheur de notre pays résident dans son affection.

Au sommet du fort de Huy flotte le drapeau belge


SOURCE PRINCIPALE

René DUBOIS: LA REVOLUTION DE 1830 A HUY in Annales du Cercle Hutois des Sciences et des Beaux-Arts, volume 9/

CATEGORIES